Manuel partage le 23 mars son expérience personnelle par écrit

L’explosion de cas en Suisse n’a réellement commencé qu’il y a deux semaines mais face à l’inquiétude croissante qui s’en dégageait, j’étais très préoccupé pour ma copine qui se trouvait au Kenya depuis un peu plus d’un mois. Quand je voyais la vitesse à laquelle se propageait le virus et les mesures qui étaient prises comme la fermeture des frontières, je tenais à ce qu’elle rentre le plus rapidement possible. L’Europe étant l’épicentre de la maladie aujourd’hui, elle était de plus en plus victime de stigmatisation par une partie de population locale, ce qui me faisait peur. La semaine dernière a été très dure car cela était de plus en plus difficile à la faire rentrer en Suisse, mais nous y sommes néanmoins arrivés il y a deux jours. Ce genre d’expériences nous fait relativiser.

Jenny, 26 years old, a tough decision to go back to Canada

I am a 26 year old Canadian who was living in Switzerland as I pursued my Master’s degree when the pandemic was declared. I was a month and a half through what was supposed to be a six month internship. Like most of Switzerland, I had transitioned to working from home and was turning down social engagements, aiming to comply with social distancing to limit the spread of the virus.

Then, on March 16, the Canadian Prime Minister issued a statement urging Canadians to come home while commercial options were still available. Around the world borders were closing and flights were being cancelled. It felt like if I didn’t leave now, I didn’t know when I’d be able to. My parents made it clear that they wanted me home.

It was a tough decision. Leaving meant quitting my job, knowing that there were no job prospects back in Canada. It meant no hugs or goodbyes with my close friends in Europe, not knowing when I’d see them again. It meant choosing to put myself at risk of contracting the virus when travelling (which involved a tram, train, and plane, all of which were acknowledged to be points of risk), and then enduring a strict 14 day quarantine. I also knew that upon returning to Canada it wouldn’t be the home I was used to. I wouldn’t be able to see and embrace all the friends and family I missed, or delight in eating at my favourite restaurants. I knew that home would look a lot different this time.

Compounding this challenging decision was the knowledge that time was of the essence. I had already heard the frustration of friends around the world who had flights cancelled at the last minute. I worried that if I waited a week to decide to go home it would be too late, I wouldn’t be able to. Flight prices were also a factor, as I worried that prices would jump with a decrease in supply and increase in demand. Of course, in hindsight I now know that flights flew between Switzerland and Canada until March 28, and prices were regulated to make sure they were not extortionate, but at the time there was no guarantee that this would be the case.

In the end it was a small thought, needling at the back of my brain, that was my deciding factor. I needed to be home if something happened to someone I loved. Once I realized that, the next steps became clearer and easier. I booked my flight that night (March 16). On March 17, I quit my job, packed up my life, sent voice messages to my European friends letting them know, and took a train to Zurich, boarding a plane in the early morning of the 18th. It all happened very quickly.

The following three weeks have felt incredibly slow by comparison. The days blend into one another, and weekends are no different than weekdays. Even though my days are quite full, filled with exercise, reading, Zoom calls, watching the news, and cooking, they feel slow. Life is going at a different pace right now, which takes some adjustment.

Life in Canada looks drastically different these days, as it does all over the world. Individuals are encouraged to only leave their home for essential reasons, such as picking up groceries and medication, and this should only be done 1x/week. You need to keep a distance of 6ft between you and other people who are not part of your household, and failure to do so can result in a $1000 fine. Non-essential businesses and schools have been closed, and hundreds of thousands of people have lost their jobs. The Canadian government is no longer struggling to avoid a recession, instead focusing on avoiding a depression. A lack of PPE has health care workers around the country scared.

This crisis has further heightened my awareness of my privilege, thankful I had my parents to fall back on during this crisis. While a 14 day quarantine is never ideal, I have to acknowledge that my setup was pretty good. My parent’s house is large enough that I was able to have two rooms and a bathroom that were entirely mine, so they never had to cross into “my zone.” My parents cooked delicious and nutritious meals for me, that were slid across the floor to me using an extendable paint roller. I had internet access and was able to virtually chat with friends everyday. This is all in addition to the things I take for granted everyday, which include a roof, heating, a non-violent household, and more. The fact that I was able to quit my job knowing that my parents would be able to support me when I moved home is a luxury many people cannot even fathom. I am very aware that my privilege is a key factor in my ability to cope with the current crisis.

I also think this privileged position means I have to work that much harder to comply with the government’s social distancing rules. The mathematical models for SARS-CoV-2 do not expect a 100% compliance with social distancing, acknowledging that this is impractical. Instead, various models predict what would happen if 40% to 70% of the population comply. I think people in similar positions to myself, for whom social distancing is manageable with minimal discomfort, need to make sure that we are doing it to the fullest extent possible. Stay home because we know that some people can’t.

Like most people, I’m anxious about what the coming weeks, months, and years ahead will look like. But overall, I have been really inspired by the acts of kindness and support I’ve seen in the community. I hope this continues long after we are able to shake hands and hug one another because the road ahead will be challenging.

Manuel, 26 ans, ce que le Covid-19 représente

Le covid-19 représente pour moi les conséquences d’un monde où l’Homme n’a pas réussi à freiner un système économique basé sur une globalization beaucoup trop oppressante sur notre planète. Le capitalisme a été poussé à son extrême et la planète nous envoie un gros avertissement pour nous dire de ralentir et nous faire prendre conscience qu’il est possible de le faire, qu’il est important de valoriser les petits détails de nos vies, nos proches et cela met également l’accent sur les limites des différents systèmes de santé dans le monde ainsi que sur le manque de coordination et préparation qui sont nécessaires pour faire face à ce genre de catastrophes.

La santé mentale est pour moi le bien être de l’esprit et cela va de paire avec une bonne santé physique: Un esprit sain dans un corps sain. Comme je le disais, le monde nous dit de ralentir et apprécier certaines choses dont on ne prêtait pas forcément attention avant cela. Ce virus a néanmoins un impact négatif sur la santé mentale dans le sens où rester enfermé pendant plusieurs jours voire semaines et se sentir impuissant face à la situation n’est pas simple. Il est important de trouver des activités pour s’occuper l’esprit. Mais que cela nous serve de leçon pour quand nous sortirons de cette dure période. Afin de ne pas retomber dans une épreuve aussi forte et difficile pour notre santé mentale, il est important de tirer les bonnes conclusions et leçons qui découlent de ce covid-19. 

Monique, 56 ans, le CORPS O NAVIRE « USSE »…

Nous voici tous embarqués à bord du CORPS Ô NAVIRE « USSE »…

Toi le CO… tu n’as pas VIDé que 19 rayons dans les supermarchés !

Tu as aussi vidé les stocks de gel hydroalcoolique et de matériel sanitaire, vidé les écoles, les endroits de rassemblements, vidé les portemonnaies des patrons des PME, vidé les transports public et j’en passe…

Arriveras-tu à vider mon accumulation de colère face à l’inconvenance de certains humains, face au manque de scrupules des hackers et des auteurs de fake news ?

Arriveras-tu à vider mon puits de tristesse qui déborde de voir souffrir et mourir toutes ces personnes ?

Arriveras-tu à vider mon sac de la peur de l’incertitude de ces instants ?

Comme une co-locataire, aujourd’hui, je mets le cap sur le partage avec toi, CO-VIE, partage de logement, partage de vie !                       

Partage d’assistance, de renfort professionnel et bénévole pour lutter contre le virus, partage d’espace et de temps avec ses enfants et sa famille, partage de temps avec soi-même, partage d’aide et de soutien à nos aînés, partage d’émotions même sans rapprochement.

Partage de joie de pouvoir bientôt serrer fort les gens que j’aime…

Quentin, 29 ans, une maladie anodine au début

Le Covid-19, cette maladie qui avait l’air anodine au début, a pris beaucoup d’ampleur dans nos vies. Au tout début de son expansion, cétait trop loin de nous pour que ça nous fasse peur. L’éloignement géographique avec la Chine me donnait un sentiment de sécurité… Égoïsme ? Peut-être, soyons honnête… Puis, les semaines passant, l’épidémie s’est installée en Europe. Normal, je me disais. Et ensuite, l’ampleur est devenue si grande, notamment en Italie, que les choses sont devenues « sérieuses » pour nous personnellement et que ce virus est venu interférer dans nos vies. Je n’ai pas tant eu peur pour moi, mais plutôt pour maman, qui est une personne à risque. 

De mon côté, j’ai tout d’abord ressenti de la frustration, car, travaillant dans un commerce autorisé à ouvrir, je devais toujours aller au travail, avec de nombreux contacts de clients. Après quelques réflexions, je me suis dit que je n’étais pas le seul. Que finalement, beaucoup de monde devait toujours se déplacer pour aller au travail, et que moi, au moins, j’avais la chance d’être en plutôt bonne santé et en bonne forme physique. 

Une photo d’une marche pendant le Covid-19. Très isolé

Rapidement, mon employeur nous a tous baissé à environ 20%. D’autres questions sont apparues: qu’en est-il de notre salaire ? De notre place de travail ? Des problèmes de grands comme j’en avais pas vraiment eu jusqu’à maintenant, un manque de sécurité que je n’avais encore jamais connu jusqu’à maintenant. Mon employeur, un très grand groupe, nous a toujours rassuré: nos places de travail et notre salaire étaient assurés. 

C’est une période hors du temps, qui nous force à freiner, tous ensemble (ou presque… J’ai beaucoup de respect pour les gens qui doivent travailler d’autant plus à cause de ce virus). Nous en profitons pour aller marcher en respectant scrupuleusement les règles de L’OFSP. C’est une période qui pousse à la réflexion: ais-je fait les bons choix dans ma vie, suis-je content de ma vie d’avant le Covid-19 ? Faudrait-il que je baisse mon temps de travail pour avoir plus de temps pour moi ? (parce que là, j’avoue que travailler moins fait du bien aussi…) 

En résumé, j’espère que le virus soit neutralisé le plus rapidement possible, j’espère (égoïstement aussi… Mais je crois qu’on l’est tous un peu) que mes proches en sortiront sains et saufs. J’espère également que l’économie fonctionnera avec plus de souplesse et moins de volonté de croissance effrénée, mais ça j’y crois beaucoup moins. Je pense qu’après ce choc, les choses redeviendront rapidement telles qu’elles l’étaient avant.

Ophélie, 24 ans, vivre au jour le jour

Mes deux colliers que j’ai toujours sur moi

Au début de la pandémie du coronavirus, je dois avouer que je n’étais pas trop inquiète puisque la majorité des cas se trouvaient en Chine, et seulement quelques cas étaient arrivés en Europe. Je pensais, un peu comme la plupart des gens j’imagine, que ça allait vite être sous contrôle. Et puis plus le temps est passé plus je me suis rendu compte que c’était vraiment sérieux. Je pense que ça a clairement affecté mon mental à certain moment, surtout quand on prend son téléphone et que toutes les nouvelles que l’on lit sont à ce propos, ça envahit les réseaux sociaux et au final on ne voit que ça a longueur de journée. J’ai essayé de limiter mon temps d’utilisation des réseaux sociaux et ça aide, au final on n’a pas besoin de savoir 3 fois par jour combien de nouveaux cas sont apparu dans tel ou tel pays. Les règles imposées m’ont parue évidentes dès leur implémentation, et je trouve qu’elles pourraient être même plus strictes. Je trouve que c’est dur de se projeter dans les prochaines semaines et d’imaginer quelle est la suite à tout ça, mais pour le moment c’est à mon avis important que tout le monde respecte les règles imposées afin d’avoir la situation sous contrôle. J’essaie de vivre un maximum au jour le jour afin de ne pas trop penser au future et aux conséquences que toute cette situation amènera.

Fabian, 28 ans, le monde n’a pas ralenti, il avance juste à mon rythme maintenant

Ah le covid-19.. Une sacré histoire qu’il nous fait vivre.

L’actualité et moi, on n’est pas trop copain. Enfin, c’est surtout qu’à force de suivre les dires des médias, je déprimais. Alors j’ai décidé de filtrer un maximum, de suivre des gens créatifs, authentiques, des gens qui font avancer les choses, qui pensent aux autres et qui se soucient du monde qui les entourent. Depuis je vis beaucoup mieux.

C’est pour ça que j’ai d’abord entendu parler du coronavirus à travers des amis. C’était encore au tout début, c’était encore loin, c’était encore flou. Je ne savais pas trop quoi en penser sur le moment. Puis il a pris de l’ampleur en Chine. De plus en plus de monde commençait à en parler autour de moi. J’ai décidé de m’informer un minimum sur le sujet. À force de lire des articles, de regarder des vidéos, j’ai développé de la compassion envers toutes ces personnes qui traversaient cette épidémie à l’autre bout du monde. Et plus je lisais, plus j’avais cette impression bizarre de lire un scénario de film. En quelques semaines, le film est devenu réalité. Les pays aux alentours s’affolaient, puis la Suisse aussi. Tout d’un coup il y a eu beaucoup d’informations, beaucoup de règles, beaucoup d’agitations. J’ai commencé à angoisser.

L’angoisse, j’en ai l’habitude. Mais là c’était différent. Cette chose ne concernait pas que moi, elle concernait tout le monde. Je n’angoissais pas seulement d’avoir le virus ou de le transmettre, mais je ne savais plus ce que je pouvais faire ou non, ce qui était bien ou ce qui était mal. J’étais perdu.. Comme beaucoup je crois. Au fil des jours et des discussions, les informations se précisaient. J’ai réussi à me canaliser. Mon angoisse a laissé place à une sorte de détermination. « Il faut qu’ON agisse vite! » je me suis dit. Alors j’ai pris mes distances et mes dispositions. Je me suis mis dans la tête de rester chez moi, de ne plus voir mes amis, de tout mettre en oeuvre pour que ce virus ne me touche pas et ne touche pas les gens que j’aime.

Puis cette détermination s’est transformée en colère. Pas contre le virus. Pas contre moi. Mais contre les gens qui ne pensait qu’à eux. Comme ce jour où on nous annonce que les bars, les restaurants et les magasins vont fermer. Comment ne pas réfléchir un minimum avant de se dire « Bordel !! Ca va fermer!! Il faut qu’on profite une dernière fois!! »? Comment ne pas comprendre que le virus n’en a rien à foutre que les bars ou les restos ferment le lundi suivant ? Comment ne pas comprendre qu’avec une manière de penser comme ça on donne de nouvelles opportunités au virus..? Et encore aujourd’hui j’ai lu un post de la RTS qui disait que le week-end avant la fermeture définitive de tous ces lieux publics a été un des plus gros moment de transmissions.. J’ai ri.. et lâché une larme aussi. 

Avec le temps, cette colère s’est atténuée. Ouf. Mais elle n’a pas disparu entièrement. Il y a toujours des personnes débiles et irrespectueuses. Par exemple: Au supermarché, le nombre de personnes est limité, il faut faire la queue pour y avoir accès et attendre son tour tout en gardant une certaine distance. Très bonne initiative. Et pourtant, hier, ma mère m’a avoué qu’il y avait des personnes qui tentaient de dépasser et de négocier avec le secu.. Ca se passe de commentaire..

Mais bon, j’ai pris sur moi et j’ai réussi à passer par dessus cette colère. Je me dit que quoi qu’il arrive je sais que j’ai fait mon maximum.

Passer par tout ces états d’âmes en si peu de temps m’a pris beaucoup d’énergie. 

Bref, avec tout ça, je me retrouve confiné chez moi.

En temps normal je travaille depuis la maison ( je suis illustrateur ). Rester chez moi ne me fait pas peur, j’ai l’habitude. J’ai l’habitude d’être souvent seul, de me retrouver face à moi-même, face à mes pensées, face à mes réflexions. Mes journées sont assez calme et se construisent autour de mes envies et de mon imagination. Prendre mon temps, je connais bien. Mais je sais que pour beaucoup, rester chez soi est un vrai défi. Parce qu’ils ont l’habitude de courir après les heures, les jours, les semaines. Je trouve juste dommage qu’il ait fallu attendre des mesure drastiques comme nous le vivons actuellement pour que certaines personnes remarquent que rien ne sert de courir et que, finalement, en prenant sont temps, en faisant des choses qu’on aime, on arrive au même résultat, voir mieux. En plus, cela nous permet de vivre plus adéquation avec nous-même et notre entourage.

Les jours passent, la pandémie prend de plus en plus d’ampleur et étonnement, je me sens de mieux en mieux. 

Je me sens de mieux en mieux parce que j’avais toujours l’impression d’être à la traîne, à la ramasse. Avant le monde allait trop vite. Aujourd’hui, il prend son temps. Au final, pour moi, le monde n’a pas ralenti, il avance juste à mon rythme maintenant. Je me sens de mieux en mieux parce que je vois la solidarité entre humain grandir. Je vois des gens se bouger pour faire les courses aux personnes âgées (et à risque) et leur apporter des repas chauds. Je vois des gens proposer leur aide et partager sans rien attendre en retour. Je vois des gens prendre des nouvelles d’autres gens. Je vois des familles redevenir des familles. Et j’entends des gens applaudir, crier, chanter, siffler, chaque soir à 21 heures pour remercier le personnel médical et tous les autres qui continuent à se donner à 100% pour que chacun puisse vivre et survivre. Avant on avançait chacun pour sa gueule. Aujourd’hui on pense aux autres. Je me sens de mieux en mieux parce la créativité des gens explosent. Des plateformes d’échanges se créent. Des podcasts fait maison voient le jour. Des musiciens font danser leurs voisins. Des illustrateurs mettent à disposition leurs dessins pour que les enfants puissent les colorier. Des vidéastes passe du grand au petit écran. Des humoristes font des blagues depuis leur salon. Il y a une profusion créative tellement impressionnante ! L’art s’invite chez les gens. Les gens le partagent. 

Les gens se découvrent créatif. Des talents se révèlent ! C’est beau !

Ah oui je me sens mieux !

Ah oui je me sens bien !

Je me sens bien, mais je ne dis pas que cette situation est facile pour moi mentalement. Bien sûr, je dois faire des concessions. Bien sûr je me sens très limité. Mais je crois que le plus dur, c’est le sans contact. Je suis quelqu’un de très tactile et j’ai besoin du contact physique avec les autres. Une main sur l’épaule, une bise, une accolade, un câlin, une poignée de main, une caresse,… Toutes ces choses sont pour moi essentielle à mon bien être mental. En ce temps de confinement, je prend beaucoup sur moi. Ca me demande beaucoup d’énergie pour ne pas prendre un ami, mon père, ma mère ou mon frère dans les bras. Pour l’instant je tiens bon. J’ai assez de projets et d’idées pour m’occuper l’esprit. Je suis confiant pour la suite. 

Mon cerveau, mon coeur et moi, on va s’en sortir!

Même si mon cerveau ne peut pas s’empêcher de se poser certaines questions…

Pourquoi avoir dû attendre une situation extrême comme celle-ci pour que le je devienne nous ? Pas un nous à la course au profit, mais un nous à la course à la solidarité, à l’entraide. 

Comment ça se fait qu’on ait réussi à réagir en quelques jours face à ce virus, et que depuis des dizaines d’années rien ne bouge face au désastre écologique ? 

Pourquoi attendre une situation telle pour réaliser que vivre simplement, sans artifice, est quand même bien meilleur pour notre mental ?

Pourquoi…? 

Pourquoi…? 

Pourquoi…?