Quentin, 29 ans, une maladie anodine au début

Le Covid-19, cette maladie qui avait l’air anodine au début, a pris beaucoup d’ampleur dans nos vies. Au tout début de son expansion, cétait trop loin de nous pour que ça nous fasse peur. L’éloignement géographique avec la Chine me donnait un sentiment de sécurité… Égoïsme ? Peut-être, soyons honnête… Puis, les semaines passant, l’épidémie s’est installée en Europe. Normal, je me disais. Et ensuite, l’ampleur est devenue si grande, notamment en Italie, que les choses sont devenues « sérieuses » pour nous personnellement et que ce virus est venu interférer dans nos vies. Je n’ai pas tant eu peur pour moi, mais plutôt pour maman, qui est une personne à risque. 

De mon côté, j’ai tout d’abord ressenti de la frustration, car, travaillant dans un commerce autorisé à ouvrir, je devais toujours aller au travail, avec de nombreux contacts de clients. Après quelques réflexions, je me suis dit que je n’étais pas le seul. Que finalement, beaucoup de monde devait toujours se déplacer pour aller au travail, et que moi, au moins, j’avais la chance d’être en plutôt bonne santé et en bonne forme physique. 

Une photo d’une marche pendant le Covid-19. Très isolé

Rapidement, mon employeur nous a tous baissé à environ 20%. D’autres questions sont apparues: qu’en est-il de notre salaire ? De notre place de travail ? Des problèmes de grands comme j’en avais pas vraiment eu jusqu’à maintenant, un manque de sécurité que je n’avais encore jamais connu jusqu’à maintenant. Mon employeur, un très grand groupe, nous a toujours rassuré: nos places de travail et notre salaire étaient assurés. 

C’est une période hors du temps, qui nous force à freiner, tous ensemble (ou presque… J’ai beaucoup de respect pour les gens qui doivent travailler d’autant plus à cause de ce virus). Nous en profitons pour aller marcher en respectant scrupuleusement les règles de L’OFSP. C’est une période qui pousse à la réflexion: ais-je fait les bons choix dans ma vie, suis-je content de ma vie d’avant le Covid-19 ? Faudrait-il que je baisse mon temps de travail pour avoir plus de temps pour moi ? (parce que là, j’avoue que travailler moins fait du bien aussi…) 

En résumé, j’espère que le virus soit neutralisé le plus rapidement possible, j’espère (égoïstement aussi… Mais je crois qu’on l’est tous un peu) que mes proches en sortiront sains et saufs. J’espère également que l’économie fonctionnera avec plus de souplesse et moins de volonté de croissance effrénée, mais ça j’y crois beaucoup moins. Je pense qu’après ce choc, les choses redeviendront rapidement telles qu’elles l’étaient avant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :